TÉLÉCHARGER FILM MAROCAIN YEMMA

Une autre version, rapportée par El-Modaffari, décrit la pioche découverte comme très ancienne, de grande taille quatre empans de long sur un de large et pesant soixante livres [11]. Selon une autre étymologie issue de la légende populaire, Idris Ier , fondateur de Fès, participa à la construction de la ville et aida au creusement des fondations au moyen d'une pioche d'or et d'argent, et c'est ainsi que la ville prit le nom arabe de la pioche fès [11]. Une autre hypothèse étymologique lie l'origine du nom à une métathèse. Deux versions sont proposées.

Nom:film marocain yemma
Format:Fichier D’archive
Système d’exploitation:Windows, Mac, Android, iOS
Licence:Usage Personnel Seulement
Taille:69.69 MBytes



Une autre version, rapportée par El-Modaffari, décrit la pioche découverte comme très ancienne, de grande taille quatre empans de long sur un de large et pesant soixante livres [11]. Selon une autre étymologie issue de la légende populaire, Idris Ier , fondateur de Fès, participa à la construction de la ville et aida au creusement des fondations au moyen d'une pioche d'or et d'argent, et c'est ainsi que la ville prit le nom arabe de la pioche fès [11].

Une autre hypothèse étymologique lie l'origine du nom à une métathèse. Deux versions sont proposées. Idris Ier aurait lui-même décidé de la métathèse Séf en Fès [11]. Une autre version — avancée à l'origine par Larbi Mezzine — ancien doyen de la faculté de lettres à l'université de Kenitra et maître en toponymie berbère —, suggère une origine berbère au nom de la ville.

Les sources d'eau vitales aux alentours de Fès, qui avant même sa fondation étaient connues et louées en chanson, ont sans aucun doute été un critère important lors du choix de l'emplacement pour la future métropole. Son influence se fait ressentir jusque dans les écoles d' Al-Andalus , et au-delà vers l' Europe d'où elle attire un grand nombre de savants et de mystiques, y compris chrétiens comme Gerbert d'Aurillac futur pape Sylvestre II.

Les nouveaux arrivants apportent avec eux aussi bien un savoir-faire technique et artisanal qu'une longue expérience de la vie citadine. Ceci lui permet de développer une riche culture esthétique issue de la grande tradition de l' art arabo-andalou.

Elle sera le théâtre de bataille entre les tribus Zénètes Maghraoua et Banou Ifren faisant successivement allégeance au califat de Cordoue ou aux Fatimides [13]. Sous le règne des Almoravides puis sous celui des Almohades la ville abrite une communauté chrétienne mozarabe originaire d' Al-Andalus [15].

Des traditions rapportées par Ibn Khaldoun et par le Rawd al-Qirtas font mention de l'existence d'un temple du feu en un lieu nommé Chibouba, à l'emplacement de Madinat Fas, ce qui attesterait de la présence théorique d'adeptes du zoroastrisme [16] , [17]. Les deux parties de la ville s'unissent au Moyen Âge en , détruisant le mur qui les séparait.

Elle est rapidement connue sous le nom de Fès Jedid la nouvelle Fès en opposition à Fès el Bali la vieille ville. La population juive qui se trouvait aux alentours du palais est forcée de partir et le Mellah quartier juif se forme dans l'ancien quartier de la garnison des archers syriens. Grâce aux caravanes allant jusqu'au port de Badis dans le Rif , Fès est en permanence liée au royaume de Grenade et à l'ensemble du monde méditerranéen.

Lors de la révolte marocaine de , la communauté juive locale est de nouveau décimée. En , la ville tombe aux mains de la dynastie Beni Ouattas qui ne règne que sur le royaume de Fès dans la portion nord du Maroc actuel. Après la prise de Grenade par les rois catholiques d'Espagne en , Boabdil le dernier sultan de la dynastie des Nasrides se réfugie à Fès avec toute sa suite. Il y décède vers , et serait inhumé possiblement au mausolée dit de Msalla al Soltane [18] , [19]. Dans les années qui suivent, de nombreux bâtiments sont reconstruits, restaurés ou remplacés.

La dynastie chérifienne des Saadiens prend en la ville qu'elle dispute aux Turcs d'Alger , qui s'en emparent une nouvelle fois en sous les ordres de Ramdan Pacha commandant une armée de hommes dont janissaires [20] , [21] ; mais les souverains saadiens choisissent Marrakech comme capitale. Le sultan ottoman Mourad III , qui avait aidé le prétendant saadien Moulay Abdelmalik Saadi à conquérir le trône marocain, espérait incorporer la partie du Maroc correspondant au royaume de Fès à l' Empire ottoman , mais son stratagème sera déjoué par Ahmed al-Mansour après la bataille des Trois Rois remportée contre les Portugais en voir Conflits maroco-ottomans [22].

Al-Mansour fait nommer à Fès un khalifa représentant du sultan de Marrakech, et fait édifier des bordjs en vue de protéger la ville d'une éventuelle nouvelle menace ottomane [23]. Suite au déclin de la dynastie saadienne, Fès tombe sous la domination de la zaouïa de Dila au milieu du XVIIe siècle.

C'est à Fès que Moulay Rachid se fait proclamer sultan de l' Empire chérifien en , devenant ainsi le premier souverain de la dynastie alaouite , mais son successeur Moulay Ismail désigne Meknès comme nouvelle capitale du Maroc à partir de Il installe à Fès en garnison une partie de la tribu Guich des Oudayas qui l'avait aidé à gagner le pouvoir.

Après sa mort , les Oudayas se mutinent, et ils ne seront expulsés de la ville qu'en par le sultan Abd al-Rahman. Moulay Abdallah , le successeur de Moulay Ismail, fait de Fès son lieu de résidence permanent pendant la guerre dynastique alaouite et fait rénover ou construire mosquées, écoles madrasas , ponts et rues, notamment les rues de Fès Jedid qui sont désormais pavées.

Mohammed III s'installe en revanche à Marrakech entre et En Fès se révolte contre le sultan Moulay Slimane , et ce soulèvement mené de concert avec les Aït Oumalou et autres tribus importantes du Moyen Atlas conduit à l'ascension sociale de la puissante bourgeoisie marchande au détriment de l'élite religieuse traditionnelle [24].

Le makhzen ayant perdu le contrôle de la capitale de l'Empire chérifien, Moulay Slimane discrédité par sa politique se voit obligé d'abdiquer en en faveur de son neveu Abd al-Rahman. Jusqu'au début du protectorat en , Fès est la capitale du Maroc, fonction qui est par la suite dévolue à Rabat. Les explorateurs Charles de Foucauld et Mardochée Aby Serour séjournent à Fès lors du ramadan car ils ne parviennent pas à trouver de protecteurs pour poursuivre leur route vers le sud.

Ils logent dans le mellah chez M. Benchimol, une épitaphe sur la maison signale encore leur passage. Foucauld décrit le commerce florissant de la ville entre les marchandises européennes en provenance de Tanger , " les cuirs du Tafilalet , les laines, la cire et les peaux de chèvres des Aït Ioussi et des Beni Ouaraïn, parfois même les plumes du Soudan" [25].

Mais pour l'explorateur le potentiel commercial de la ville pourrait être valorisé. Trois raisons entravent son développement selon lui; l'insécurité permanente des routes marocaines en raison des guerres et des pillages que se livrent les tribus, le prix élevé des transports à cause des péages et du coût des escortes, enfin le taux de crédit excessivement élevé dont il fait une analyse détaillée.

En plus d'une description de la situation économique et politique de la capitale marocaine, l'explorateur français offre un témoignage sur les costumes et la mode fassie à la fin du XIXe siècle. Il loue par ailleurs "la grande beauté" et la "propreté merveilleuse" des habitants [25].

Moins de trois semaines après la proclamation officielle du Protectorat, d'importantes émeutes antifrançaises éclatent dans la ville et font des centaines de victimes: rebelles, civils musulmans et juifs, Européens.

Les autorités du Protectorat déplacent alors la capitale à Rabat, mais Fès reste cependant un important lieu de résidence royale et un centre culturel, politique et économique de premier ordre. Beaucoup d'initiatives nationalistes et anticolonialistes ont Fès pour origine, ce qui fait de la ville un berceau majeur du mouvement national marocain et notamment du parti de l' Istiqlal.

Photographies de Walter Mittelholzer en , Bibliothèque de l'École polytechnique fédérale de Zurich En , est rédigé le Manifeste pour l'Indépendance dans une maison de l'ancienne médina, située aujourd'hui Place de l'Istiqlal. La ville connaît néanmoins des difficultés sociales croissantes après , et doit faire face au déferlement de l'exode rural. Les émeutes de sont le point culminant de cette détérioration des conditions de vie.

Sous la direction de Lyautey et d'après les plans de l'architecte Henri Prost , une nouvelle ville se développe dans les environs de Dar Debibagh au sud de Fès Jedid.

Les autorités, institutions et entreprises de services s'y sont installées. Une des conséquences du transfert de la capitale sur le littoral atlantique est le départ d'une grande partie de la population fassie de souche vers Casablanca , Rabat et dans une moindre mesure Tanger.

Du simple artisan à l'entrepreneur en passant par le lettré beaucoup furent obligés de quitter une ville qui avait perdu son statut prestigieux. C'est dans cette partie de Fès que se rencontrent modernité et tradition. À noter toutefois que ce terme désigne également au Maroc une population plus large, celle des descendants des familles anciennes de Fès ayant quitté la ville au cours du XXe siècle pour s'installer vers l'axe Casablanca-Rabat.

TÉLÉCHARGER ILLA SALATI EN ARABE GRATUITEMENT

Rachid El Ouali présente "Ymma" au Mégarama

Ce film dont le tournage s'est déroulé au Maroc et en Corse fait porter au célèbre artiste marocain Rachid El Ouali la triple casquette de cinéaste, producteur et acteur. L'histoire du film parle de Boujemâa, incarné par Rachid El Ouali, qui est un créateur en publicité de 40 ans très influencé par sa mère. Il vient de faire connaissance avec une Corse sur la Toile. Boujemâa se sent au fil des jours attaché à cette jeune femme dont il découvre une certaine ressemblance avec sa mère. Ce qui l'encourage à voyager en Corse pour rencontrer sa bien-aimée.

TÉLÉCHARGER DRIVER CANON IP1600 WINDOWS 7 GRATUITEMENT

Film Marocain Yemma الفيلم المغربي يمّا

.

Similaire