TÉLÉCHARGER LABVIEW RUNTIME 2010 GRATUITEMENT

Qu'est-ce le Run-time? Il est aussi possible de générer des exécutables. Ces exécutables seront théoriquement autonomes et n'auront donc plus besoin de LabVIEW pour fonctionner. Toutefois, ils font appel à beaucoup de fonctions LabVIEW de sorte qu'il est nécessaire d'installer sur le poste cible ce qu'on appelle un moteur d'exécution run-time.

Nom:labview runtime 2010
Format:Fichier D’archive
Système d’exploitation:Windows, Mac, Android, iOS
Licence:Usage Personnel Seulement
Taille:24.6 MBytes



Le concept d'instrument virtuel qui a donné son nom à LabVIEW Laboratory Virtual Instrument Engineering Workbench , se manifeste par la permanence d'une interface graphique pour chaque module fonction d'un programme. Les contrôles et les indicateurs de ce panneau avant constituent l'interface par laquelle le programme interagit avec l'utilisateur lecture de commandes et de paramètres, affichage des résultats. Les fonctions de contrôle-commande de cartes ou d'instruments constituent l'interface par laquelle le programme interagit avec le montage.

Un programme LabVIEW permet donc d'automatiser un montage associant plusieurs appareils programmables, et réunit l'accès aux fonctionnalités de ce montage dans une interface utilisateur unique, véritable face avant d'un instrument virtuel. La coloration syntaxique , née comme LabVIEW au milieu des années , est complétée dans l'éditeur du diagramme par des éléments de forme épaisseur, motifs, symboles et de géométrie taille, alignement, disposition qui impactent fortement la lisibilité du code, en bien comme en mal selon le soin apporté par le rédacteur.

Les programmes sont souvent exécutés à partir de l'environnement de développement dans le cadre d'un développement fortement itératif. Un runtime doit alors être installé sur le système hôte aux côtés du fichier exécutable proprement dit. L'instrument virtuel VI , unité structurante du code[ modifier modifier le code ] Le diagramme de LabVIEW est lié à une interface utilisateur graphique nommée face-avant.

En associant certaines commandes et indicateurs de la face avant du VI avec les connecteurs de son panneau de connexion, le programmeur permet à un diagramme appelant d'échanger avec le VI des variables sous forme de fils.

Une fois un VI écrit, il peut ainsi être posé et appelé dans le diagramme d'un autre VI, où il sera représenté par son icône et jouera le rôle de sous-programme , fonction ou procédure on parle de sous-VI. Au même titre que son nom, l'icône d'un VI doit être personnalisée par un dessin ou un texte pour expliciter sa fonction à l'intention des relecteurs du code. La face-avant est construite en utilisant des objets dénommés commandes et indicateurs.

Des éléments décoratifs formes, texte libre, images Ces derniers n'existent que sur la face avant du VI. Les commandes et indicateurs en revanche, apparaissent à la fois en face avant et sur le diagramme terminal sous forme d'icône pour qu'on puisse les relier aux opérations qui échangent des données avec eux.

Le diagramme contient enfin des structures de contrôle boucles, conditions, événements, séquence Tous les objets de commandes, indicateurs, fonctions, structures sont accessibles au programmeur via des palettes, des menus ou des combinaisons de touches du clavier Quick Drop.

Par exemple la fonction addition offre deux connecteurs d'entrée et un connecteur de sortie pour le résultat. Chaque sous-VI d'un programme plus vaste conserve la capacité d'être exécuté indépendamment par l'utilisateur au moyen de sa face avant.

Intérêt du langage G pour la programmation multiprocessus[ modifier modifier le code ] Pour le lecteur, un programme en langage G se présente comme un schéma, le diagramme, réunissant différentes icônes reliées par des fils de couleur.

Chaque fil symbolise le passage d'une donnée depuis une source dont elle sort comme résultat , vers une cible où elle entre comme paramètre. Les diagrammes du langage G ont donc une signification bien différente de celle des schémas électroniques qu'ils évoquent parfois. Dans un diagramme LabVIEW, la donnée ne transite dans le fil qu'au moment où elle est générée par son icône source.

L'icône cible ne commencera son exécution que lorsque toutes ses données d'entrée seront disponibles. Ce modèle d'ordonnancement par flots de données détermine l'ordre d'exécution par défaut des traitements du programme.

Une conséquence importante de cette règle est que les traitements qui n'échangent pas de données sont libres de s'exécuter en parallèle. Cette propriété du langage G facilite le développement d'applications multiprocessus , particulièrement intéressantes dans le cadre du contrôle de systèmes réactifs embarqués ou non. La conception des programmes en langage G conserve une approche essentiellement procédurale.

Mariée à l'exécution par flots de données, cette approche procure de bons résultats dans le domaine de l'instrumentation.

Elle est aussi la plus intuitive pour des ingénieurs ou des chercheurs souvent plus familiers des protocoles expérimentaux que des concepts informatiques. Évolution du langage[ modifier modifier le code ] Le support de la conception orientée objet s'est développé de façon confidentielle au cours des années dans LabVIEW, pour aboutir en à la commercialisation par la société suédoise Endevo d'un kit "GOOP" [6] , puis un support natif à partir de version 8.

De nombreux élément sont manipulés par méthodes et propriétés [8]. Le concept de projet est apparu dans l'éditeur à partir de version 8. Depuis , l'influence de Python se fait sentir avec la possibilité d'appeler des scripts dans ce langage [10] , puis le support natif des concepts d' ensemble et de tableau associatif [11].

Force de l'intuitivité, nécessité des bonnes pratiques[ modifier modifier le code ] La programmation graphique de LabVIEW est prisée par les non-informaticiens, auxquels il permet de construire par simple glisser-déposer des programmes et des interfaces graphiques virtuelles évoquant les faces avant des vrais instruments de laboratoire [12].

Cette approche du développement par programmation est soutenue par un environnement intuitif, riche en documentation et en exemples. Un défaut de rigueur, de connaissance des bonnes pratiques et des particularités du compilateur met néanmoins en péril la qualité et la performance des programmes, comme avec n'importe quel langage de programmation [13].

Pour réaliser des algorithmes plus complexes ou plus performants, des connaissance approfondies sont déterminantes par exemple sur la gestion de la mémoire, qui est par défaut allouée de manière automatique, et le compilateur [14]. Des outils de génie logiciel existent également [15] pour créer des applications LabVIEW de grande ampleur en équipe. Il s'ensuit un travail incessant pour améliorer l'environnement de programmation ergonomie de l'éditeur, support de nouveaux concepts, améliorations du compilateur , mais aussi pour l'adapter à l'évolution de son environnement matériel instruments, cartes d'acquisition de données, liaisons de communication, cibles de compilation et logiciel standards d'échange de données, connectivité avec d'autres logiciels et d'autres langages de programmation.

Deux ans après sa sortie, la compatibilité de LabVIEW NXG avec les autres produits logiciels et matériels de National Instrument était encore en retrait par rapport à celle de la branche classique.

Mais il offre aussi de nouvelles fonctionnalités exclusives et l'entreprise travaille à inverser le rapport de force entre les deux branches.

TÉLÉCHARGER PARAM BIN I9305.TAR.MD5 GRATUITEMENT

labview 7.1 runtime engine

.

TÉLÉCHARGER SENSE8 EPISODE NOEL GRATUITEMENT

.

Similaire